Moi, un noir

Un film de / a film by : Jean Rouch (France)


Deux jeunes nigériens ont quitté l’intérieur des terres pour venir chercher du travail en Côte d’Ivoire. Ils ont échoué à Treichville, quartier populaire d’Abidjan, déracinés dans la civilisation moderne. Le héros qui raconte son histoire, se fait appeler Edward J. Robinson en l’honneur de l’acteur américain. Ses amis ont pris, de la même manière, des pseudonymes destinés à leur forger, symboliquement, une personnalité idéale.

Ingénieur des Ponts et Chaussées, Jean Rouch (1917-2004) découvre l’ethnologie au Niger en 1941. Au cours d’un long séjour en Afrique en 1946-1947, il descend le fleuve Niger, s’intéresse aux Songhay, et décide de se consacrer à l’ethnologie et au cinéma. Il utilise dès le début le film 16 mm comme second carnet de notes. Influencé par le surréalisme autant que par les travaux de Marcel Griaule, il filme l’évolution de sociétés du Niger et du Mali jusqu’au début des années 1980. Son écriture cinématographique influence nombre de documentaristes, et aussi les réalisateurs de la Nouvelle Vague, tels Godard, Rohmer et Rivette. En 1960, Rouch qualifie sa manière de filmer de « cinéma-vérité », en suivant l’exemple de ses maîtres Robert Flaherty et Dziga Vertov. Son œuvre (plus de 180 films), plusieurs fois récompensée à Venise, Cannes et Berlin, se compose de films ethnographiques et sociologiques ainsi que de fictions. Jean Rouch a été directeur de recherche au CNRS, président de la Cinémathèque française (1987-1991) et, de 1952 à 2004, secrétaire général du Comité du film ethnographique.

Fiche technique

Un film de / a film by : Jean Rouch (France)

Son : André Lubin

Montage : Marie-Josèphe Yoyotte, Catherine Dourgnon

Production : Les Films de la Pléiade

Distribution : Les Films du Jeudi – http://www.filmsdujeudi.com/fr/index.php