Chronique d’un été | Chronicle of a Summer

Un film de / a film by : Jean Rouch (France), Edgar Morin (France),


« Comment te débrouilles-tu avec la vie ? Es-tu heureux ? ». Interrogeant des inconnus et des proches, Jean Rouch et Edgar Morin nous embarquent, au cours de l’été 1960, dans les rues de Paris pour nous révéler le quotidien, les aspirations et les blessures d’hommes et de femmes, d’étudiants et d’ouvriers, de jeunes Africains et de rescapés de la guerre. Tourné en caméra 16 millimètres et son synchrone, Chronique d’un été ne questionne pas seulement la «  vérité  » de ces personnes, mais nous invite également à une réflexion sur le dispositif même du film et la manière dont le cinéma peut nous dire la réalité.

The fascinating result of a collaboration between filmmaker-anthropologist Jean Rouch and sociologist Edgar Morin, this vanguard work of what Morin termed cinéma-vérité is a brilliantly conceived and realized sociopolitical diagnosis of the early sixties in France. Simply by interviewing a group of Paris residents in the summer of 1960 — beginning with the provocative and eternal question “Are you happy?” and expanding to political issues, including the ongoing Algerian War  — Rouch and Morin reveal the hopes and dreams of a wide array of people, from artists to factory workers, from an Italian émigré to an African student. Chronicle of a Summer’s penetrative approach gives us a document of a time and place with extraordinary emotional depth. (The Criterion Collection)

Edgar Morin, né à Paris en 1921, est un des plus grands sociologues français contemporains. Également philosophe et anthropologue, il a publié plus de quarante ouvrages traduits dans le monde entier. Théoricien de la “pensée complexe” qu’il développe dans La Méthode, une œuvre majeure dont les six tomes ont été publiés entre 1977 et 2004, Edgar Morin est docteur honoris causa de nombreuses universités dans le monde.

Ingénieur des Ponts et Chaussées, Jean Rouch (1917-2004) découvre l’ethnologie au Niger en 1941. Au cours d’un long séjour en Afrique en 1946-1947, il descend le fleuve Niger, s’intéresse aux Songhay, et décide de se consacrer à l’ethnologie et au cinéma. Il utilise dès le début le film 16 mm comme second carnet de notes. Influencé par le surréalisme autant que par les travaux de Marcel Griaule, il filme l’évolution de sociétés du Niger et du Mali jusqu’au début des années 1980. Son écriture cinématographique influence nombre de documentaristes, et aussi les réalisateurs de la Nouvelle Vague, tels Godard, Rohmer et Rivette. En 1960, Rouch qualifie sa manière de filmer de « cinéma-vérité », en suivant l’exemple de ses maîtres Robert Flaherty et Dziga Vertov. Son œuvre (plus de 180 films), plusieurs fois récompensée à Venise, Cannes et Berlin, se compose de films ethnographiques et sociologiques ainsi que de fictions. Jean Rouch a été directeur de recherche au CNRS, président de la Cinémathèque française (1987-1991) et, de 1952 à 2004, secrétaire général du Comité du film ethnographique.

Fiche technique

Un film de / a film by : Jean Rouch (France), Edgar Morin (France),

Avec : Avec Angelo, Nadine Ballot, Régis Debray, Lydie Doniol-Valcroze, Jacques, Jean-Pierre Landry, Marceline Loridan-Ivens, Marilu Parolini, Edgar Morin, Jacques Rivette, Sophie, Jean Rouch

Assistants : Claude Beausoleil, Louis Boucher

Images : Roger Morillère, Raoul Coutard, Jean-Jacques Tarbès, Michel Brault

Son : Guy Rophe, Michel Fano, Edmond Barthélémy

Montage : Jean Ravel, Néna Baratier, Françoise Colin

Musique Pierre Barbaud

Production : Anatole Dauman, Argos Films, Neuilly-sur-Seine (France)

Distribution : Argos Films, Neuilly-sur-Seine (France) – argos.films@wanadoo.fr